Acidification des océans

Accueil > Comprendre > Enjeux globaux > Limites planétaires > Acidification des océans

Le phénomène d’acidification des océans désigne le niveau d’acidité qui entraînerait une dissolution du carbonate de calcium formé par de nombreux organismes marins, comme les coquilles des mollusques ou le corail. L’acidification des océans est une des 9 limites planétaires du cadre proposé en 2009 par le Stockholm Resilience Centre (SRC), révisé en 2015 (Steffen et al.) puis en septembre 2023 (Richardson et al.), visant à définir un « espace de fonctionnement sûr pour l’humanité » qui repose sur l’évolution de neuf phénomènes complexes et interconnectés. Étant donné que la dissolution du dioxyde de carbone dans l’océan entraîne une acidification de l’eau de mer, le phénomène d’acidification des océans est directement lié à la concentration de dioxyde de carbone dans l’atmosphère.

Table des matières

Introduction

Les océans absorbent 25 % du dioxyde de carbone (CO2) présent dans l’atmosphère (CGDD, 2023). Depuis la révolution industrielle, les activités humaines entraînent une augmentation de la concentration de CO2 (GIEC, 2023), perturbant ainsi les équilibres biogéochimiques des océans. En se dissolvant dans les eaux, le carbone contribue à leur acidification, exerçant une pression préjudiciable sur les écosystèmes marins et la biodiversité (CGDD, 2023). L’acidité des océans est évaluée à travers la mesure du taux d’aragonite, un carbonate de calcium synthétisé par les organismes marins pour former leurs coquilles ou squelettes calcaires (CGDD, 2023). La limite est quantifiée via le taux moyen de saturation de l’eau de mer de surface en aragonite supérieur ou égal à 80 % du niveau pré-industriel (MTECT, 2023). Actuellement, le taux approche de sa cette limite critique, bien qu’elle ne soit pas encore dépassée. Cependant, à moins de changements significatifs, cette limite sera franchie d’ici 2050 (CGDD, 2023).

Outre les initiatives visant à réduire les émissions de CO2, la France poursuit une politique volontariste pour la préservation des récifs coralliens. En tant que quatrième pays corallien mondial, la France entend assumer une responsabilité significative en matière de préservation de ces écosystèmes. À titre illustratif, la stratégie nationale des aires protégées prévoit la classification de la totalité des récifs coralliens en tant que zones protégées d’ici 2025 (CGDD, 2023).

Causes de l’acidification des océans

Les océans représentent un important puits de carbone; ils jouent un rôle de régulateur climatique mais leur stabilité est grandement menacée :

  • Le réchauffement climatique provoque des canicules marines, soit un réchauffement des températures de surface ce qui menace la survie des espèces marines
  • L’excès de CO2 relâché par les activités humaines acidifie l’eau entravant le développement de la calcite et l‘aragonite de magnésium qui compose 50% de toute la vie marine, y compris le plancton et les récifs coralliens.
  • Ces 2 éléments risquent d’entraîner des pénuries alimentaires puisque l’alimentation d’environ trois milliards d’êtres humains s’en trouverait menacée.

Conséquences de l’acidification des océans

L’acidification de l’océan constitue une menace pour les écosystèmes et les organismes marins tels que les coquillages et les coraux, en particulier dans le processus de formation de leur squelette calcaire en aragonite (voir glossaire). En 2015, on estimait que l’état de saturation de l’eau de mer de surface en aragonite était de 84 % par rapport au niveau préindustriel, dépassant ainsi la frontière planétaire fixée à 80 % (MTECT, 2023).

Acidifications des océans et connexions avec les autres limites planétaires

Acidifications des océans et connexions avec le changement climatique

  • L’acidification des océans diminue la capacité de l’océan à agir comme un puits de carbone, ce qui devrait normalement atténuer le changement climatique (KCVS, 2020).
  • Le réchauffement causé par le changement climatique diminue la solubilité du dioxyde de carbone dans l’eau, ce qui atténue l’acidification des océans (KCVS, 2020).
  • L’augmentation du dioxyde de carbone, la variable contrôlante du changement climatique, accroît l’acidification des océans (KCVS, 2020).

Acidifications des océans et connexions avec la perturbation des cycles biogéochimiques

  • Une augmentation des nutriments peut entraîner une augmentation de la productivité et de la séquestration du carbone, ce qui diminue l’acidification des océans (KCVS, 2020).
  • Les excès de flux de nutriments peuvent produire du dioxyde de carbone en raison d’une augmentation de l’activité biologique, contribuant ainsi à l’acidification des océans (KCVS, 2020).

Acidifications des océans et connexions avec le changement d’usage des sols

  • Le changement d’utilisation des terres libère du dioxyde de carbone, ce qui a des répercussions sur l’acidification des océans (KCVS, 2020).

Acidifications des océans et connexions avec l’intégrité de la biosphère

  • L’acidification des océans réduit la quantité de carbonate de calcium dissous, nécessaire aux organismes marins tels que les coquillages et les récifs coralliens (KCVS, 2020).

Bibliographie

Contribuer à la plateforme Résilience territoriale

La plateforme résilience territoriale .org se veut être contributive. Vous souhaitez dores et déjà ajouter une fiche et avoir votre nom en bas de celle-ci ? N’hésitez pas à nous contacter par mail.

Please fill the required fields*